Paris - La génération actuelle d'étudiants risque désormais de perdre 17.000 milliards de dollars de revenus tout au long de la vie en valeur actuelle, soit environ 14 % du PIB mondial actuel, en raison des fermetures d'écoles liées à la pandémie de Covid-19, selon un nouveau rapport publié par la Banque mondiale, l’Unesco et l’Unicef.

La nouvelle projection révèle que l'impact est plus grave qu'on ne le pensait auparavant et dépasse de loin les estimations de 10.000 milliards de dollars publiées en 2020, indique l’Unesco dans un communiqué.

En outre, le rapport “État de la crise mondiale de l'éducation : un chemin pour le redressement” montre que dans les pays à revenu faible et intermédiaire, la part des enfants affectés par la pauvreté des apprentissages – déjà 53 % avant la pandémie – pourrait potentiellement atteindre 70 % compte tenu de l’étendue des fermetures d'écoles et l'inefficacité de l'apprentissage à distance pour assurer une continuité complète de l'apprentissage pendant les fermetures d'écoles.

Les simulations estimant que les fermetures d'écoles ont entraîné des pertes d'apprentissage importantes sont maintenant corroborées par des données réelles, relève le communiqué. 

L'analyse, rendue publique lundi, montre que dans certains pays, en moyenne, les pertes d'apprentissage sont à peu près proportionnelles à la durée des fermetures. Cependant, il y avait une grande hétérogénéité entre les pays et selon la matière, le statut socio-économique des élèves, le sexe et le niveau scolaire. 

Le rapport souligne qu'à ce jour, moins de 3 % des plans de relance des gouvernements ont été alloués à l'éducation. Un financement beaucoup plus important sera nécessaire pour une reprise immédiate de l'apprentissage, estime-t-on. 

Il note également que, bien que presque tous les pays du monde offraient des opportunités d'apprentissage à distance aux étudiants, la qualité et la portée de ces initiatives différaient - dans la plupart des cas, elles offraient, au mieux, un substitut plutôt partiel à l'enseignement en personne. 

La réouverture des écoles doit rester une priorité absolue et urgente à l'échelle mondiale pour endiguer et inverser les pertes d'apprentissage. Les pays devraient mettre en place des programmes de redressement de l'apprentissage dans le but de garantir que les élèves de cette génération acquièrent au moins les mêmes compétences que la génération précédente, plaident les auteurs de cette analyse. 

Les programmes doivent couvrir trois axes d'action clés pour redresser l’apprentissage à savoir: consolider le programme d’enseignement; prolonger le temps d'instruction et améliorer l'efficacité de l'apprentissage et pour construire des systèmes éducatifs plus résilients à long terme, les pays devraient envisager notamment d’investir dans un environnement favorable pour libérer le potentiel des opportunités d'apprentissage numérique pour tous les élèves, de renforcer le rôle des parents, des familles et des communautés dans l'apprentissage des enfants, de veiller à ce que les enseignants bénéficient d'un soutien et d'un accès à des opportunités de développement professionnel de haute qualité et d’augmenter la part de l'éducation dans l'allocation budgétaire nationale des plans de relance.

Ce rapport a été produit dans le cadre de la Mission : rétablir l’éducation en 2021 par laquelle la Banque mondiale, l'Unesco et l'Unicef se concentrent sur trois priorités : ramener tous les enfants à l'école, récupérer les pertes d'apprentissage et préparer et soutenir les enseignants.