Paris - Les taux d'imposition effectifs sur le travail ont connu un rebond en 2021 alors que l'économie mondiale se redressait et que de nombreux pays commençaient à supprimer ou à réduire les mesures mises en œuvre en réponse à la pandémie de COVID-19, selon un nouveau rapport de l'OCDE.

Le rapport “Les impôts sur les salaires 2022” montre que la hausse des revenus des ménages en 2021, conjuguée à la révocation de nombreuses politiques fiscales et sociales liées à la pandémie, a entraîné une augmentation des impôts effectifs sur les salaires dans l'ensemble de l'OCDE, indique l’organisation internationale basée à Paris. 

Cela marque un revirement par rapport à 2020, où la pandémie avait entraîné une baisse significative du coin fiscal sur le travail - défini comme la somme des impôts sur le travail payés par les salariés et par les employeurs, moins les prestations familiales, exprimé en pourcentage du coût du travail pour l'employeur, note la même source dans un communiqué.

Le rapport indique une augmentation du coin fiscal dans une majorité de pays de l'OCDE en 2021, car de nombreux pays ont supprimé ou réduit les mesures introduites pour soutenir les ménages pendant la pandémie. 

Et de poursuivre que malgré ces augmentations, le coin fiscal moyen pour la zone OCDE dans son ensemble a légèrement diminué en raison de baisses relativement importantes du coin fiscal observées dans un moindre nombre de pays où de nouvelles mesures de soutien liées au COVID-19 ont été introduites en 2021.

Dans la plupart des pays, les augmentations du coin fiscal en 2021 ont plus que compensé les fortes baisses enregistrées en 2020 pour un certain nombre de types de ménages, et ont vu le coin fiscal rebondir à des niveaux plus élevés qu'en 2019 avant la pandémie. 

Pour un couple avec deux enfants disposant d’un seul salaire égal à 100 % du salaire moyen, et pour les parents isolés percevant 67 % du salaire moyen et ayant deux enfants, le coin fiscal était plus élevé en 2021 qu'en 2019 dans 21 pays.

Le coin fiscal moyen d’un couple à un seul revenu percevant 100 % du salaire moyen et ayant deux enfants a diminué de 1.2 point de pourcentage sur la période 2019-21, tandis que celui du parent isolé avec deux enfants percevant 67 % du salaire moyen a diminué de 1 point de pourcentage. Ces deux baisses ont été plus importantes que celle du travailleur célibataire sans enfant, pour lequel le coin fiscal a diminué de 0.3 point de pourcentage pour atteindre 34.6 %, précise-t-on.

Le rapport Les impôts sur les salaires 2022 fournit des données comparatives uniques entre pays sur l'impôt sur le revenu payé par les salariés, les prestations en espèces reçues par les familles qui travaillent et les cotisations de sécurité sociale associées ainsi que les charges sociales versées par les salariés et les employeurs dans l'ensemble de l'OCDE, qui sont des facteurs clés lorsque les individus considèrent leurs options d'emploi et que les entreprises prennent des décisions d'embauche.