Des heurts ont éclaté entre des manifestants et les forces de l’ordre près des institutions européennes. Les policiers ont utilisé des canons à eau et des gaz lacrymogènes pour repousser les émeutiers qui lançaient des pavés et des pétards.

Des bâtiments des institutions européennes ont été endommagés, des véhicules ont été détériorés, tandis que les vitres de magasins et de restaurants ont été brisés.

Selon le bourgmestre (maire) de Bruxelles, Philippe Close, la police a procédé à cinquante arrestations suite à ces violences.

Les manifestants ayant défilé dans les rues de Bruxelles ont répondu à l’appel de plusieurs mouvements comme "World Wide Demonstration for Freedom" et "Europeans United for Freedom" ainsi que plus de 600 associations locales européennes. Ils ont appelé notamment à un débat de société concernant les mesures sanitaires visant à enrayer la pandémie de coronavirus.

Il s'agit de la plus grand d'une série de manifestations dans la capitale belge au cours des derniers mois.

La Belgique enregistre ces derniers jours des records de contaminations au coronavirus, avec en moyenne 60.000 cas quotidiens la semaine dernière. Mais le système de santé est moins sous pression que lors des précédentes vagues en raison d’un taux élevé de vaccination et du caractère moins virulent du variant Omicron.