Selon la police de Bruxelles-Capitale Ixelles, cette manifestation a rassemblé quelque 50.000 participants, dont certains sont venus d'autres pays européens.

Les manifestants ont répondu à l’appel de plusieurs mouvements comme "World Wide Demonstration for Freedom" et "Europeans United for Freedom" ainsi que plus de 600 associations locales européennes. Ils ont appelé notamment à un débat de société concernant les mesures sanitaires visant à enrayer la pandémie de coronavirus.

Il s’agit de la cinquième manifestation contre les mesures anti-Covid à Bruxelles en l'espace de deux mois. Elle a été entachée comme les précédentes de troubles et de heurts. Des manifestants ont jeté des projectiles sur les forces de l'ordre qui ont répliqué par des tirs de lacrymogènes. Quelques bâtiments et des véhicules ont été également endommagés.

La Belgique enregistre ces derniers jours des records de contaminations au coronavirus, avec en moyenne 60.000 cas quotidiens la semaine dernière. Mais le système de santé est moins sous pression que lors des précédentes vagues en raison d’un taux élevé de vaccination et du caractère moins virulent du variant Omicron.

Dans le cadre de la gestion de la pandémie, les autorités du plat pays se sont dotées vendredi d'un nouvel outil, baptisé "baromètre corona", qui permettra de faire évoluer les mesures anti-Covid pour la culture et les cafés-restaurants en fonction de la pression plus ou moins forte de la pandémie sur le système hospitalier.

Le "baromètre", auquel est associé un code couleurs, entrera en vigueur le 28 janvier, selon un accord entre tous les exécutifs du pays (fédéral et entités fédérées).