Paris - La fraude aux aides d’urgence décrétées par le gouvernement français pour venir en aide aux entreprises touchées par la pandémie du Covid-19 ont coûté 174,2 millions d’euros à l’Etat depuis le début de la crise sanitaire, a annoncé le ministre délégué aux Comptes publics Olivier Dussopt.

Au total, ce seraient ainsi 174 millions d'euros qui auraient été «versés indûment depuis le début de la crise», a-t-il affirmé dans un entretien au Parisien.

Au total, 74.000 versements n'avaient pas lieu d'être, dont 8000 ont été détectés comme étant frauduleux, selon le responsable gouvernemental, ajoutant ce contrôle a particulièrement a ciblé les entreprises ayant perçu des aides pour un montant supérieur au chiffre d’affaires déclaré l’année précédente.

Selon lui, 2.500 plaintes ont été déposé par le gouvernement auprès de la justice.

Parmi les fraudes détectées notamment des faux chefs d'entreprise qui se font passer de vrais patrons, des entreprises qui gonflent leur chiffre d'affaires de référence pour toucher plus d'aides ou l'inscription d’une entreprise comme appartenant à une catégorie professionnelle à laquelle elle n'appartient pas, mais qui est mieux protégée par l'État comme la restauration.

D’après le ministre, chaque procédure devra être judiciarisée pour permettre à l'État de recouvrer les fonds, faisant observer que près le gouvernement a recouvré en 2021 plus de 100 millions d’euros d’indus au titre du fonds de solidarité quelle que soit l’année de réalisation du contrôle.

Il a rappelé que les aides d'urgence versées depuis le début de la crise représentent environ 40 milliards d'euros pour le fonds de solidarité et près de 36 milliards d'euros pour l'activité partielle.