Kampala - Dans un communiqué publié lundi, le directeur des services cliniques du ministère de la Santé, Charles Olaro, a expliqué la décision par l'inefficacité des test antigéniques pour les personnes asymptomatiques, ajoutant que l'accumulation continue de camions du côté kényan de la frontière risque de favoriser une forte propagation du virus.

En signe de protestation contre les tests obligatoires pour chaque entrée en Ouganda, les chauffeurs ont garé leurs camions le long de l’autoroute, formant une queue de plus de 70 km.

L'embouteillage a persisté malgré la décision prise la semaine dernière par Kampala de rendre gratuits les tests, auparavant facturés 30 dollars, et dont l'obligation est entrée en vigueur depuis la fin décembre 2021, notamment pour les camionneurs et les passagers.