New York - Le laboratoire pharmaceutique américain Pfizer a conclu, lundi, trois accords de partenariat visant à renforcer ses capacités autour de la technologie de l'ARN messager (ARNm), utilisée dans son vaccin contre le Covid-19 développé avec BioNTech.

Le groupe a d'une part annoncé une collaboration pendant quatre ans avec Beam Therapeutics sur des projets de recherche sur des maladies génétiques rares affectant le foie, les muscles et le système nerveux central, impliquant les technologies d'ARNm, de nanoparticules à base de lipide et de thérapie génique, a indiqué Pfizer dans un communiqué.

Beam va recevoir pour l'occasion une somme initiale de 300 millions de dollars et, en fonction de l'avancée des recherches, plusieurs autres sommes pouvant atteindre jusqu'à 1,05 milliard de dollars au total, a-t-on précisé de même source.

Dans un autre communiqué, Pfizer a annoncé avoir également noué un partenariat de recherche avec Acuitas Therapeutics, qui lui donne l'option d'utiliser la technologie d'Acuitas sur les nanoparticules à base de lipides pour jusqu'à 10 vaccins ou médicaments à base d'ARNm.

Le laboratoire a enfin passé un accord avec Codex DNA afin d'utiliser sa technologie de synthèse d'ADN à partir d'enzymes pour la recherche et le développement de vaccins et médicaments à base d'ARNm.

En fonction de l'avancée des recherches, Pfizer pourrait verser plus de 100 millions de dollars à Codex DNA, a indiqué la start-up dans un communiqué confirmé par Pfizer.

La technologie de l'ARNm n'a pour l'instant pas été appliquée pour d'autres virus que celui à l'origine du Covid-19, mais est considérée comme prometteuse dans la lutte contre de nombreuses maladies et Pfizer en a fait un axe important de sa stratégie.