Paris - Les députés français ont adopté, dans la nuit de mercredi à jeudi, un projet de loi de "vigilance sanitaire" qui doit notamment permettre de prolonger l'utilisation du controversé "pass sanitaire" jusqu’à l’été 2022.

Après deux lois examinées en mai et en juillet, ce nouveau texte est le troisième du genre soumis au Parlement. Il propose une batterie de mesures pour freiner l'épidémie du Covid-19, dans le cadre d'un régime post-crise jusqu'au 31 juillet prochain. 

L’une de ses mesures phares, et qui suscite un large débat dans le pays, porte sur la prolongation du "pass sanitaire".

Le projet de loi a été adopté après des débats houleux, avec seulement 10 voix d'écart (135 voix pour et 125 contre). Le texte doit encore être examiné par le Sénat, le 28 octobre.

Imposé depuis le milieu de l'été, le "pass sanitaire" doit prendre fin le 15 novembre prochain. Mais l’exécutif soucieux d’anticiper tout risque d'une reprise épidémique entend l’étendre jusqu'au 31 juillet 2022.

Le "pass sanitaire" restreint depuis le 9 août l'accès à de nombreux lieux publics en France comme les bars, cafés, cinémas ou transports de longue distance. Depuis le 30 août, il est aussi imposé aux 1,8 millions de salariés en contact du public. 

Avec cette mesure, l'objectif du gouvernement est d'inciter les 26,5% des Français qui n'ont pas encore eu leurs deux doses à se faire vacciner.

Des manifestations ont lieu tous les samedis en France depuis l'instauration du pass sanitaire, rassemblant jusqu'à 237.000 personnes au plus fort de la mobilisation, mais l'opposition a faibli ces dernières semaines, selon les autorités.