Cette mesure, qui a déclenché de violentes émeutes dans plusieurs villes des Pays-Bas suite à son instauration, est appliquée de 21H00 à 4H30.

Lors d'une conférence de presse, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a souligné que les Pays-Bas sont toujours dans "une phase incroyablement difficile", ajoutant qu'une troisième vague du virus est "inévitable" selon les experts.

Il a, par ailleurs, noté que le gouvernement annoncera le 8 mars si le couvre-feu sera de nouveau prolongé au-delà du 15 mars, qui correspond au premier jour des prochaines élections législatives.

Le couvre-feu, le premier aux Pays-Bas depuis la Seconde Guerre mondiale, avait déjà été prolongé une première fois jusqu'au 2 mars.

Le tribunal de première instance de la Haye avait ordonné la semaine dernière la levée immédiate du couvre-feu, estimant que cette mesure constitue "une profonde violation de la loi sur la liberté de circulation et de la vie privée", ainsi que du "droit à la liberté de réunion et de manifester".

Toutefois, cette décision a été suspendue dans l'attente d'un jugement en appel, qui sera rendu vendredi. Parallèlement, le gouvernement a fait passer une nouvelle loi afin d'assurer le maintien du couvre-feu même s'il perd en appel.